IMP et Réflexes archaïques
Une approche éducative
d'intégration des mouvements





L’IMP, (INTEGRATION MOTRICE PRIMORDIALE) est une approche éducative d'intégration des mouvements et réflexes primordiaux.

La pratique peut se faire avec des bébés, des enfants, des adultes et des seniors qui souhaitent améliorer :

La sphère des apprentissages cognitifs : attention, mémorisation, concentration, compréhension, pensée, organisation, scolarité, lecture, écriture, créativité…

La sphère des apprentissages émotionnels : gestion des relations, émotions, stress, confiance et estime de soi, centrage, sentiment de sécurité, mieux être, joie...

La sphère des apprentissages physiques et posturaux : coordination, équilibre, motricité fine et globale, bonne posture, démarche, mobilité due à des troubles neurologiques, développement moteur, conscience du corps, tonus...

LES REFLEXES ARCHAIQUES

A la naissance, toutes les parties du cerveau sont en place, il ne reste plus qu'à les raccorder. C'est grâce aux mouvements du bébé et aux stimulations sensorielles qu'il reçoit qu'il va progressivement construire le réseau neuronal qui va lui permettre d'accéder à de nombreuses compétences.

En effet, le programme moteur prévu durant la première année (retournement, ramper, 4 pattes…) vont lui permettre d'établir des raccordements nerveux majeurs qui lui serviront de base pour accéder à son potentiel. Toute entrave à ces mouvements ou manque de stimulations pourra avoir des répercussions sur ses apprentissages (enfant comme adulte).

Les réflexes primitifs sont des mouvements involontaires que l'on observe chez le nouveau-né. C'est grâce aux mouvements réflexes du corps que les fibres nerveuses vont pouvoir se développer et former un réseau de communication entre toutes les parties de son système nerveux afin d'acquérir la pleine maturité du cerveau.

La bonne intégration des réflexes est cruciale car ils nous protègent et nous aident à fonctionner dans les situations de stress. En effet, dans les difficultés, nous avons tendance à retourner à nos premiers modèles de mouvements.

Le bon fonctionnement des réflexes archaïques est essentiel pour garder une bonne posture, bouger avec aisance, faire face aux différents défis que nous présente la vie (physiquement et émotionellement) et faire des choix.

Les réflexes archaïques représentent la base neurologique pour développer les mouvements contrôlés et accéder à notre potentiel.

En RÉSUMÉ : Les réflexes primitifs et les mouvements primordiaux permettent la maturité du cerveau afin que l'individu puisse contrôler chacune des parties de son corps volontairement et indépendamment les unes des autres. Ils procurent également une disponibilité posturale, intellectuelle, un état de sécurité intérieure et permettent une meilleure gestion du stress.

Un ou des réflexes non intégrés (absents ou persistants) créent un « parasitage » dans notre corps et lors d'un stress engendrent des comportements réactifs inadéquats et compromettent l'apprentissage ou notre façon de réagir. Un réflexe non intégré va  « surcharger » le système nerveux et en réduire de ce fait la disponibilité; l’apprentissage (physique, émotionnel ou cognitif) s’en trouve affecté. Alors l'individu va mettre en place des stratégies pour compenser, il va faire  des « efforts » en permanence pour acquérir les apprentissages. Les enfants ou les adultes qui rencontrent des difficultés d'apprentissage et/ou relationnelles présentent très souvent des réflexes non-intégrés.

Les enfants dont les réflexes sont suffisamment activés puis intégrés ressentent un état de sécurité intérieure et ont accès à leur potentiel.



Téléchargez le programme complet
de formation à l'IMP (.pdf).